Thèse terminée!

Bonjour à tous,

Ce petit message pour vous informer que j’ai obtenu mon diplôme de Docteur en Economie le lundi 29 juin 2009 à 12h20 exactement, avec la mention très honorable pour la thèse intitulé: « les leviers et stratégies économiques utilisés par les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme transnational – 1968-2006« .

Les membres du Jury étaient:

  • Marc Bertonèche (Professeur de Gestion et de finance internationale, Université Bordeaux IV, et Harvard – rapporteur),
  • Philippe Martin (professeur d’Economie, école doctorale de Sciences-Po),
  • Daniel Mirza (professeur d’économie, Université de Tours et chercheur au CEPII – rapporteur),
  • Jean-Marie Paugam (chef de service des affaires bilatérales et de l’internationalisation des entreprises, Direction Générale du Trésor et de la politique économique, Ministère de l’économie de l’insductrie et de l’emploi),
  • Thierry Verdier (professeur d’économie, Directeur à l’école des Hautes Etudes en Sciences Sociales – directeur de recherche)

Cette thèse explique quels sont les outils de sanctions et d’incitation économiques et financiers développés par les Etats-Unis depuis 1968 afin de riposter à la menace terroriste. La nature du terrorisme ayant changé, les Etats-Unis ont du adapter leus leviers d’action. Certains paradoxes peuvent être relevés dans leur approche et il est nécessaire de regarder le détail des différentes mesures afin de bien saisir les interactions entre sanctions, incitations et terrorisme afin de juger de l’efficacité de chaque mesure.

Nous réfléchissons avec Daniel Mirza et Thierry Verdier à la publication d’un ouvrage sur le sujet.

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter!

Je laisse ce blog en ligne pour tous ceux qui cherchent des ressources sur le sujet. J’espère que vous y trouverez ce dont vous avez besoin!

Publicités

Les itinéraires du terrorisme islamiste

Beaucoup d’articles sont parus ces derniers temps, 6 ans après les attentats du World Trade Center, et quelques jours seulement après les arrestations opérées en Allemagne, envers des jeunes gens soupçonnés d’avoir tenté de préparer des attentats à la voiture piégée pour le compte de l’Union islamique du Jihad (IJU). Un article de Cécile Calla paru le 11 Septembre 2007 dans le Monde, De la province allemande au Jihad, explique le parcours des terroristes en devenir… Et comme elle le dit si bien dès la première phrase, « c’est un itinéraire qui reflète le nouveau visage pris par le terrorisme islamiste« .

Lire le reste de cette entrée »

Al Qaeda au Pakistan et le bilan américain de la lutte contre le terrorisme

Vu dans le Monde ce matin…

« Le rapport du Conseil national du renseignement (NIC), une synthèse du travail de 16 agences d’espionnage, n’est pas tendre avec la Maison Blanche. L’International Herald Tribune note que l’organisation a réussi à maintenir en vie Oussama Ben Laden et ses lieutenants tout en se renforçant dans la zone tribale du Pakistan, tandis que les Etats-Unis se concentraient sur l’Irak. En mars 2002, George Bush estimait qu’il ne savait pas où se trouvait Ben Laden : « Je m’en fiche, ce n’est pas important, ce n’est pas notre priorité », confiait-il. El País souligne, pour sa part, que l’organisation dispose à nouveau des moyens d’attaquer les Etats-Unis sur leur sol. Selon le rapport, Al-Qaida « continuera d’essayer d’acquérir et d’employer des matériels chimiques, biologiques, radioactifs ou nucléaires », indique le FT. »

Quelques extraits par ici: Lire le reste de cette entrée »

Aide et Terrorisme

Kemal Dervis

Le 10 juillet dernier, le journal Le Monde publiait un entretien avec Kemal Dervis, administrateur du Programme des Nations unies pour le développement. Cet article est intéressant à plusieurs égards.

D’une part, il rappelle certains bienfaits de la mondialisation sur le développement économique et social des pays d’Asie et d’Amérique Latine: « depuis le tournant de ce siècle » en effet, « la mondialisation vaut à l’espèce humaine une convergence remarquable« . Cela dit la mondialisation creuse aussi les inégalité et laisse derrière elle de nombreux pays Africains. Comme le rappelle l’ancien ministre des Affaires économiques et des Finances de la République de Turquie, « cet écart a été mesuré : le revenu moyen par tête des dix pays les plus riches du monde était trois fois plus élevé que celui des dix pays les plus pauvres, en 1820. Aujourd’hui, il est cinquante fois plus élevé. Les causes de ce décrochage sont connues : le sida en Afrique australe et la guerre civile en Somalie ou au Soudan. »

Pour essayer d’enrayer la croissance de ce fosset d’inégalités, il propose donc la mise en place d’une aide efficace, « qui ne soit pas attribuée pour des raisons politiques comme les Etats-Unis l’ont fait, par exemple, au Nicaragua et l’Europe au Zaïre, au temps de la guerre froide.
L’Union européenne a su aider généreusement le Portugal et la Hongrie à rattraper le reste de l’Europe de l’Ouest. C’est de ce type d’aide aux infrastructures, à l’éducation, à la santé dont ont besoin les pays les plus démunis.
 »

En réalité, Kemal Dervis a aussi très souvent demandé que les budgets militaires décroissent au profit de ceux de l’aide:
« Le monde dépense grosso modo, chaque année, 90 milliards d’euros pour l’aide au développement et 900 milliards pour ses armements. Cela n’a pas de sens, même dans une optique sécuritaire. »

Et il rappelle ainsi que les avions de combat et les missiles ne permettent pas de combattre « les vrais fléaux de l’humanité que sont le terrorisme, les pandémies et le réchauffement climatique. L’aide est infiniment plus efficace que des chars, mais elle suppose que l’on sorte des conservatismes budgétaires qui reconduisent d’année en année les mêmes dépenses en faveur d’armées régulières inadaptées dans le monde actuel. »

Selon lui le plan stratégique du PNUD peut « privilégier, bien sûr, la lutte contre la pauvreté, mais aussi la promotion de la gouvernance démocratique, la prévention et le traitement des conflits, l’énergie et l’environnement. » Ainsi l’organisation a aidé le gouvernement kenyan à réformer son administration. Au Liberia et au Congo-Brazzaville, ils ramassent et détruisent les armes légères après la fin des conflits. Ils ont aussi « contribué à rendre possibles, en 2006, les élections en République démocratique du Congo – RDC – , avec le concours de l’Union européenne. La RDC a pu se doter d’un président et d’une opposition dans des conditions difficiles, mais acceptables.« 

Cet entretien rappelle donc d’une certaine manière que face au terrorisme, les politique préventives sont souvent beaucoup plus adaptées que les politiques répressives…

Tentatives d’attentat à Londres et attentat à Glasgow

Petite revue de presse britannique ce matin, suite aux tentatives d’attentats à Londres ce week end, et suite à celui de Glasgow. Pour le Daily Telegraph, « les sales bombes de Bagdad sont arrivées dans nos rues ». Le journal remarque que celles qui n’ont pas explosé, à Londres et Glasgow, sont du même type que celles qui tuent quotidiennement en Irak. Comme le précise la check list du Monde ce matin, « le quotidien conservateur se félicite des efforts de coordination entre les services de renseignement et les diverses forces de sécurité entrepris depuis les attentats de 2005, mais note que 60 000 jeunes hommes vont, chaque année, visiter leurs familles au Pakistan. Alors que près de 2 000 Britanniques liés à Al-Qaida seraient sous surveillance, le Times, à l’instar de ses confrères, demande à Gordon Brown d’autoriser le recours judiciaire aux écoutes téléphoniques, quitte à suspendre un certain nombre de mesures de défense des droits de l’homme. » Le quotidien insiste aussi fortement sur le fait que tous les Musulmans ne sont pas des terroristes et que nombreux sont ceux qui condamnent ces attentats – et place ainsi le débat sur les enjeux culturels:

« Many Muslims have been alienated from British society by the Iraq war and by public hostility based on the fear that they may be sympathetic to Islamic terrorists. But there are also many Muslims who think terrorism is evil, who are not fundamentalists, who want to create a satisfactory life here. They may well be reluctant to report the nice young man down the road who may, or may not, have joined a terrorist group, but they would be horrified to think that one of their own children could become a bomber.

Terrorism is, inevitably, a running battle of intrigue and intelligence, of recruitment and penetration on both sides. Yet it is always a cultural struggle, a Kulturkampf in Bismarck’s terms. The terrorist seeks to destroy our cultural life, yet our culture has itself a seductive appeal to those who might otherwise become terrorists. Many Muslims resent what they regard as injustices to Islam, but few of them support the massacre of the innocent; most of them want to enjoy the pluralist opportunities of modern Britain.

A cultural struggle can be shaped by technology, as Karl Marx observed, but history does not suggest that it is often decided by technology. Bismarck had the guns, but he lost his struggle against the German Catholic church. Our own culture is deeply flawed; that is what makes us so vulnerable. »

« Le Guardian note pour sa part que depuis 2001, les services de renseignement croulent sous l’argent, et ont recruté des milliers de nouveaux officiers, y compris musulmans, mais qu’il faut aussi que Brown reconnaisse la responsabilité du pays dans le chaos irakien. »

En attendant, Gordon Brown se retrouve dans une configuration quelque peu similaire à celle de Georges Bush en 2001. Tout juste arrivé au pouvoir, il est confronté à la menace terroriste et doit prendre des mesures fortes pour la contrer. Et comme le titre le Times, « Brown boasts that he is a serious man; this is his chance to show it ». Espérons que la répression des droits de l’homme pour des raisons de sécurité ne soient pas trop fortes tout de même.

La violence à Gaza: quelles motivations?

Vu dans la Check List du Monde ce matin:

« L’été sera chaud », prédit Bahaa Balusha, interviewé par Der Spiegel (en anglais). En décembre dernier, sa voiture, et ses enfants de 3, 5 et 8 ans ont été criblés de 250 balles sous ses yeux. Pour ce responsable des services de renseignement du Fatah, le coup d’Etat du Hamas à Gaza est l’œuvre d’une cellule d’Al-Qaida. Craignant une attaque des Etats-Unis, l’Iran et la Syrie chercheraient eux aussi à enflammer Gaza et le Liban, afin d’allumer des contre-feux, et c’est parce qu’Israël et les USA ont coupé les vivres au Fatah que ses militants n’ont pu empêcher la prise de Gaza par le Hamas.

L’International Herald Tribune estime lui aussi que le problème est en bonne partie financier : les responsables des tunnels qui passent sous le Sinaï sont bien plus motivés par le profit que par l’idéologie. Le Temps note d’ailleurs qu’après avoir servi à importer du cannabis et des prostituées de l’Est vers Israël, ils se louent désormais jusqu’à 50 000 $ de l’heure pour charrier l’armement ultramoderne du Hamas.

Der Spiegel relève qu' »ironiquement », la crise humanitaire à Gaza est telle qu’Israël va devoir rouvrir les négociations diplomatiques qu’elle se refusait jusque-là, et depuis un an et demi, à engager avec le Hamas.

Algérie et islamisme

Dans un article du Monde intitulé « L’Algérie face à la question islamiste« , Florence Beaugé analyse la situation algérienne face à l’islamisme. Selon elle, « en refusant dans leur grande majorité de se rendre aux urnes, le 17 mai, pour renouveler leurs députés, ils n’ont pas suivi les appels au boycott lancés par la branche d’Al-Qaida au Maghreb. Ils ont en réalité manifesté leur refus de cautionner davantage le semblant de vitrine démocratique qui leur est imposé depuis des années : institutions vides de sens et de pouvoir, multipartisme de façade, responsables politiques réduits à l’état de pantins… Jamais la population algérienne n’avait manifesté un tel désintérêt pour une consultation électorale depuis l’indépendance du pays : 35,5 % de participation, selon le taux officiel. Dans la réalité, sans doute encore moins (entre 12 % et 20 %). »

Face à certaines déclarations de satisfactions, elle met en doute le fait que le pouvoir ait entendu le message qui lui était adressé: Lire le reste de cette entrée »