Bananes et Terrorisme

Selon un article de Sergio Gómez Maseri du journal El Tempio en date du 15 mars 2007, repris aujourd’hui dans les actualités en ligne du magazine Courrier International, « l’industrie de la banane alimenterait les paramilitaires en Colombie ».

La marque américaine Chiquita, multinationale de la banane, vient en effet d’être condamnée à 25 millions de dollars d’amende pour avoir financé les groupes d’extrême droite en Colombie. Comme l’explique l’article traduit par CI, « l’affaire a commencé en 1997. C’est à cette date que le directeur de la Banadex [filiale colombienne du producteur de bananes Chiquita] a autorisé une série de paiements maquillés en « contributions » à une Convivir [coopérative de sécurité privée] servant de façade aux paramilitaires. A partir de cette date et jusqu’au 2 février 2004, le producteur de bananes a effectué plus de cent versements pour un montant total de 1,7 million de dollars, tous autorisés par les dirigeants de la filiale colombienne et du siège de la multinationale Chiquita, aux Etats-Unis. »

Les Autodéfenses Unies de Colombie (AUC – United Self-Defense Forces of Colombia) sont inscrites depuis 2001 sur la liste des organisations terroristes étrangères du ministère des affaire étrangères américain mais étaient déjà responsables à cette époque de dizaines d’assassinats dans la zone de production de la firme. Dirigées par Carlos Castaño, l’une des personnalités les plus recherchées par la justice, les AUC ont apparemment agi de la sorte avec plusieurs multinationales présentes en Colombie de la même manière, menacant les mauvais payeurs de représailles. La firme Chiquita n’a eu faire de la position américaine et a continué à payer, « au motif que cela ne la mettait pas (à l’époque?) en infraction avec la législation des Etats-Unis ».

Ce qui se pratiquait sous accord secret « vacille pour la première fois le 10 septembre 2001. Ce jour-là, à la veille d’un voyage en Colombie, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell annonce le classement des AUC sur la liste des organisations terroristes. Autrement dit, tout citoyen des Etats-Unis soutenant ces paramilitaires se rend coupable d’un crime fédéral. Chiquita continuera néanmoins à payer pendant trois ans, mais sous forme de versements en espèces et non plus en chèques à l’ordre de Convivir. Il y aura encore une cinquantaine de transactions, menées grâce à un réseau financier complexe visant à empêcher qu’on remonte la filière. »

« Selon la multinationale, en février 2003, un haut responsable de Chiquita « s’est rendu compte » de la situation et a demandé conseil auprès d’un cabinet juridique de Washington, qui recommanda la suspension immédiate des paiements. Un conseil qui n’a visiblement pas été écouté.

Le 3 avril de la même année, et pour la première fois, la question fut évoquée devant le conseil d’administration de Chiquita. Le 13 mai 2004, alors que l’enquête avait déjà commencé, Chiquita a reconnu publiquement avoir versé de l’argent à un groupe terroriste [c’est-à-dire les paramilitaires]. Un mois plus tard, en juin, Chiquita vendait sa filiale Banadex et quittait définitivement la Colombie. Banacol, qui a racheté Banadex, est également soupçonné d’avoir financé plusieurs groupes armés.

Alors que la justice se demande si les faits reconnus par Chiquita devant une cour des Etats-Unis peuvent donner lieu à des poursuites en Colombie, une polémique a déjà éclaté au sujet de la destination des 25 millions de dollars que l’entreprise nord-américaine va devoir payer.

Selon des fonctionnaires des Nations unies et des responsables colombiens, ils doivent alimenter le Fond national de réparation aux victimes, qui manque de moyens pour aider les personnes touchées par les crimes des paramilitaires. « Cet argent doit revenir aux Colombiens. Le pays doit obtenir réparation », a déclaré Juan Pablo Corlazzoli, du Bureau de l’ONU pour les droits de l’homme.
Dans les départements de l’Urabá et du Magdalena, où se trouvaient les plantations de Chiquita, des dizaines de crimes ont été commis par les paramilitaires. Parfois, les victimes n’étaient autres que les ouvriers de Chiquita. »

Nota Bene:

« En 1994, une loi autorise la création de coopératives de sécurité privée, les Convivir, qui, avec l’aval des autorités militaires, permettent à des groupes de civils de s’armer afin de lutter contre la guérilla de gauche.
En 1997, les différents groupes paramilitaires s’unifient sous le sigle Autodéfenses unies de Colombie (AUC). Les AUC, qui rassemblent alors près de 12 000 hommes armés, multiplient les exactions et les massacres à l’encontre de civils.
Fin 2002, les paramilitaires entament des « pourparlers de paix » avec le gouvernement. En échange de l’impunité, 8 000 d’entre eux se démobilisent.
Début 2007, le scandale de la « parapolitique » éclate : plusieurs députés et sénateurs proche du parti au pouvoir sont accusés de collusion avec les paramilitaires et sont arrêtés. »

Pour en savoir plus, voir aussi le communiqué de presse de la firme Chiquita

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :